Il était une fois...

Une cohabitation parfois difficile

C'est au tournant des deux premiers millénaires que le jeu d'échecs arrive en Europe. Il vient d'Espagne, à la suite des conquêtes musulmanes.
L'aspect symbolique du jeu d'échecs, lui vaut de devenir la distraction préférée de bourgeois, des nobles et de certains religieux. Se sont du reste des ecclésiastiques qui écriront, en Europe, les premiers traités sur les échecs. Dans leur description des pièces et du jeu, les religieux camouflent souvent une forme d'allégories, une critique sur la moralité de tel ou tel prince.
Toutefois, les hautes autorités du clergé ne voyaient pas toujours d'un bon oeil ce jeu hors normes, où l'on pariait parfois des sommes importantes. Certains texte liturgiques condamnaient les jeux de dés et en 1961, le Cardinal Damiani écrivit une lettre de doléances au Pape Alexandre II pour que soit condamné l'évêque de Florence qui pratiquait ce jeu "hérétique" et manifestait naturellement une indulgence "coupable" envers les joueurs d'échecs. L'évêque, pour sa défense rétorqua que ce jeu ne faisait pas appel au hasard, mais il reçu quand même une lourde punition. Ce fut seulement cent plus tard que l'interdiction fut levée.

Par la suite les échecs furent taxés d'anathème par le concile de Paris (1212), ce qui fut confirmé ultérieurement par Saint Louis en France. Mais, cela n'aura que peu de conséquences et le jeu d'échecs, grâce à sa rigueur scientifique et ses qualités intrinsèques, mettant en avant le raisonnement, la mémoire et la concentration, continuera à être pratiqué malgré des temps parfois difficiles.

Il était une foisLe jeu d'échecs moralisé

Au XIII siècle, Jaques de Cessole, un moine dominicain de la région d'Asti en Italie, publie son traité "Le jeu d'échecs moralisé".
Il veut ainsi effacer la mauvaise réputation du jeu. Il démontre qu'il s'agit d'une parfaite représentation de la société de l'époque avec ses personnages, Roi, Reine, Chevaliers et Paonnet, des pièces parfaitement hiérarchisées sur les 64 cases comme dans la vie réelle. Son livre, plusieurs fois réédités, donnera au jeu sa respectabilité et facilitera sa diffusion. L'invention de l'imprimerie au XV siècle jouera un rôle déterminant pour l'expansion du jeu d'échecs.

Les premiers Champions du monde

En 1512, Pédro Damiano, un pharmacien portugais, publie son premier traité composé de dix chapitres avec ouvertures et astuces.
En 1561, c'est au tour de Ruiz Lopez, un prêtre espagnol, considéré comme le meilleur joueur du monde, de publier un premier livre "Répétitions d'amour et art du jeu d'échecs" traitant de tous les compartiments du jeu. Il donnera d'ailleurs son nom à une partie "La partie ESPAGNOLE" et restera ainsi dans l'histoire comme un des plus fort joueur de son temps. Aujourd'hui encore, cette partie reste très prisée par les joueurs de haut niveau. Modernisée, elle est considérée comme la plus difficile pour les Noirs.

En 1600, naquit le joueur qui deviendra sans conteste le plus brillant de son siècle et le premier joueur professionnel connu, Gioacchino Greco. Une très belle partie, qui mérite le détour, fut jouée en 1619 à Rome ou il exprime son immense talent. Cette partie reflète bien l'importance accordée au Fou par Greco. Ce Génie représentait le joueur parfait de son époque car il était capable de concevoir des partie spectaculaires avec des mats éclairs. Il gagna des sommes importantes dans toutes les grandes cours d'Europe.      


Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Catégories